top of page

Museum news

Musée pour Tous. Dimanche de gratuité

Musée des Beaux-Arts de Tours

Le 03 mars 2024

de 09h00 à 17h45

To download:  

Musée pour Tous. Dimanche de gratuité

Dimanche 3 mars. Musée pour tous
Visites libres et visites flash
11h, 12h et 14h30 : Jean Bourdichon, Le Christ bénissant et La Vierge en oraison, (16ᵉ s) OU Georges Clairin, Sarah Bernhardt dans son jardin à Belle-Île (après 1915)
15h30 et 16h30 : Antiquité romaine, Apollon Richelieu (1er - 2ᵉ s. ap. J.-C.) OU Anonyme, d’après Gaetano Merchi, Buste de Marie-Madeleine Guimard (18ᵉ / 20ᵉ s)
14h - 15h - 16h et 17h : Présentation-flash de la nouvelle salle réaliste par les étudiantes de l’université de Tours

GRATUIT

L’ancien palais archiépiscopal construit en 1767, est un grand corps de logis classique comportant fronton et attique, avec, à l’Est, une terrasse surplombant les jardins et le parc. Cette architecture sobre conserve les traces d’édifices antérieurs qui se sont succédés de l’Antiquité jusqu’au 18e siècle. Rempart et tour gallo-romains (4e s.), vestiges de l’église saint Gervais – saint Protais (4e-12e s.), Salles des Etats (12e-18e siècles), ancien palais du 17e siècle sont autant de leçons d’architecture. Les derniers aménagements sont réalisés à la veille de la Révolution : la cour d’entrée est close par un hémicycle précédé d’une porte monumentale formant un arc de triomphe, tandis que l’ancienne Salle des Etats est transformée en chapelle avec colonnade à l’antique.

Après 1789, le Palais des Archevêques devient théâtre, Ecole Centrale, bibliothèque et dépôt des œuvres d’art confisquées. Sous l’Empire et durant tout le XIXème siècle, les bâtiments sont à nouveau affectés à l’archevêché. Ce n’est qu’en 1910, date à laquelle la ville devient propriétaire des lieux, que les collections réintègrent l’ancien palais archiépiscopal.

Le fonds le plus ancien du musée est constitué d’œuvres saisies en 1794 dans les maisons d’émigrés, les églises et les couvents, en particulier les grandes abbayes de Marmoutier, de Bourgueil et de La Riche, ainsi que des tableaux et des meubles provenant du château de Chanteloup, de Richelieu. Parmi les plus célèbres citons Blanchard, Boucher, Boulogne, Houël, La Fosse, Lamy, Le Sueur, Parrocel, Restout.

Créé officiellement en 1801 par le décret consulaire qui marque la création de quinze grands musées de provinces, le musée bénéficie du Muséum Central, futur Louvre, d’un dépôt de trente peintures exceptionnelles comprenant une série de morceaux de réception de l’Académie royale de peinture. C’est à cette époque que le musée des Beaux-Arts de Tours reçoit l’Ex-voto de Rubens et les chefs-d’œuvre de la Renaissance italienne que sont les deux panneaux d’Andrea Mantegna.

Au cours du XIXème siècle, la ville de Tours acquiert deux lots importants de peintures où le 18e siècle français et italien est bien représenté. Dépôts de l’Etat, legs et dons enrichissent le musée tout au long du 19e et 20e siècles en meubles, en tableaux, en objets d’art de diverses époques, augmentant les collections avec Champaigne, Corneille, Coypel, Lagrenée, Nattier, Perronneau, Rembrandt.

En 1963 le musée reçoit la collection du peintre et collectionneur Octave Linet, constituant ainsi une des plus grandes collections de Primitifs italiens après le musée du Louvre et le musée du Petit Palais d’Avignon.

Le dix-neuvième siècle est également bien représenté, depuis l’école néo-classique (Suvée, Taillasson), le romantisme (Vinchon), l’orientalisme (Belly, Chassériau, Delacroix), le réalisme (Bastien-Lepage, Cazin, Gervex). L’impressionnisme, le post-impressionnisme et le symbolisme sont présent grâce aux œuvres de Monet, Degas, Henri Martin, Le Sidaner.

La collection d’œuvres du 20e siècle regroupe Asse, Besse, Briggs, Calder, Davidson, Debré, Denis, Peinado, Zao Wou-ki.

Lieu de découverte et de diffusion de la culture, le musée des Beaux-Arts de Tours offre un large choix de parcours : collections permanentes, expositions temporaires, conférences, concerts, bibliothèque, documentation ainsi qu’un service éducatif pour les scolaires.

Riche de son passé historique, architectural et de son exceptionnelle collection, le musée des Beaux-Arts de Tours compte parmi les plus importants de France. Ouvert sur un jardin à la française et sous l’ombre d’un cèdre classé « Arbre remarquable de France » le musée sait réunir le charme d’un palais et la beauté d’une collection.

bottom of page