Prieuré Saint Cosme - Demeure de Ronsard

Hôtel Cabu.JPG
stevens-frémont / ADT Touraine JC Coutand / Léonard de Serres /

CONTACTS PRESSE 

Conseil départemental d’Indre-et-Loire Direction de l’Attractivité des Territoires Service de Conservation et Valorisation des Monuments et Musées du Département 

Pascaline Volland-Leclerc pvollandleclerc@departement-touraine.fr +33 (0)2 47 31 43 25 

Isabelle Coquelet icoquelet@departement-touraine.fr 33 (0)2 47 31 43 18

press to zoom

press to zoom
1/1
Présentation

Ce n’est pas un hasard si Ronsard est venu finir ses jours au prieuré Saint‑Cosme. Le poète de la Renaissance y a trouvé plus qu’une demeure : un lieu chargé de sens et d’histoire, propice à la contemplation et aux itinéraires esthétiques. Des vestiges de l’ancienne église où repose Ronsard aux jardins que les chanoines du XIIe  siècle voyaient comme un « paradis sur terre », l’ancien monastère a conservé sa dimension historique, spirituelle et poétique. Il offre aujourd’hui de multiples parcours de visite qui relient les époques et les disciplines par le prisme de l’architecture, de la poésie et de l’art contemporain. Sa programmation éclectique, ses aménagements qui convoquent les cinq sens et sa médiation de qualité sont autant d’invitations à apprendre, se laisser surprendre et se détendre, en famille ou entre amis. Le prieuré Saint-Cosme est un lieu hors du temps, dont les formes ne cessent de se renouveler.

Bientôt disponible

Horaires et Tarifs

Jours et horaires d’ouverture 

• 2 janvier - 31 mars : 10 h - 12 h 30 / 14 h - 17 h (fermé le mardi) 

• 1er avril - 31 mai : 10 h - 18 h 

• 1er juin - 31 août : 10 h - 19 h 

• 1er septembre - 31 octobre : 10 h - 18 h 

• 1er novembre - 31 décembre : 10 h - 12 h 30 / 14 h 17 h (fermé le mardi) 

• Fermeture le 25 décembre et le 1er janvier 

• Dernier accès possible 1/2h avant la fermeture du site

Plein tarif : 6€ 

Tarif réduit : 5€ (étudiants, familles nombreuses, jeunes de de 7 à 18 ans...) 

Gratuit : enfant moins de 7 ans

 
Localisation et Accessibilité

Le prieuré est situé à La Riche, commune limitrophe de Tours, à proximité immédiate des quais de la Loire et de l’axe qui contourne la métropole. Il est aisément accessible en bus (ligne 3A) ou en voiture depuis le centre-ville de Tours. Le site dispose d’un parking gratuit pour les voitures et les vélos, ainsi que d’une consigne pour les objets encombrants.


Pour les personnes malentendantes, une boucle magnétique (position T) est installée à l’accueil billetterie dans l’ensemble des espaces intérieurs (sauf réfectoire) et sur les pupitres sonores extérieurs. Le parcours de visite est accessible aux personnes à mobilité réduite, à l’exception des étages pour lesquels un flashcode permet de visualiser les espaces et d’écouter les contenus sonores. Des visites guidées adaptées aux personnes aveugles, malvoyantes ou en situation de handicap sont possibles sur réservation. Un plan en braille et un livret en gros caractères est à disposition à l’accueil, sur simple demande. Un livret FALC (Facile à Lire et à Comprendre) est à disposition à l’accueil.

 
 

Histoire du Musée et de ses collections

Fondé au XIe  siècle sur une ancienne île de la Loire, le prieuré accueille une petite communauté de chanoines qui suivent la règle de Saint‑Augustin. D’abord rassemblés autour d’une petite église romane, les moines développent petit à petit les lieux pour en faire un véritable monastère avec sa salle capitulaire, son réfectoire, son dortoir et son cloître. Au fil des siècles, le Prieuré grandit en importance. Au XVe , son église reconstruite pour échapper aux inondations de la Loire toute proche accueille la figure tutélaire des saints Cosme et Damien. Un siècle plus tard, Ronsard en devient prieur commendataire. Il le fait fortifier et y reçoit Charles IX et Catherine de Médicis, loin du tumulte de la cour. 


Au XVIIIe , c’est le déclin, avec la fin de l’activité religieuse et le démantèlement partiel. Vendu comme bien national à la Révolution, le Prieuré servira de résidence de campagne jusqu’au début du XXe  siècle, où les premières initiatives de conservation et de réhabilitation voient le jour. Victime de lourds bombardements en 1944, le site fait ensuite l’objet d’une restauration partielle et ouvre au public, heureux de découvrir les roses qui feront la réputation des lieux.


En 2009, le Conseil départemental d’Indre-et-Loire engage d’importantes fouilles archéologiques. Elles permettent de découvrir des bâtiments dont l’existence n’était pas soupçonnée, comme la première église construite sur les lieux aux alentours de l’an mil et contribuent à une meilleure compréhension de l’histoire des lieux. 


En 2010, le peintre Zao Wou-Ki crée les quatorze vitraux originaux qui éclairent l’ancien réfectoire des moines. Les ambitieux travaux visant à ramener à la lumière du jour les vestiges enfouis, protéger les sépultures et valoriser le patrimoine unique du Prieuré Saint-Cosme se poursuivent jusqu’en 2015, date à laquelle le site est enrichi de nouveaux jardins contemporains fidèles à l’esprit monastique.


Le Prieuré Saint-Cosme profite enfin depuis 2015 d’un nouveau parcours scénographique, dont les installations rendent hommage à la vocation première des lieux en invitant au recueillement et à la paix intérieure. Après avoir été une source d’inspiration pour le plus grand poète de la Renaissance, l’ancienne île des moines sert aujourd’hui de pont entre les époques et les arts.

 

Que faire avant ou après le musée?

Le musée en vidéo :